Pullman Timi Ama Sardegna (aka: L’Hôtel 5 Étoiles)

Une aventure… inattendue

En septembre dernier, j’ai commencé à travailler avec deux étudiants développeurs d’Épitech (Guillaume Teillet et Mathieu Roblin) sur une application mobile qui s’avérait être leur projet de fin d’année. J’étais en charge de réaliser le logo, des illustrations et quelques maquettes de l’application mobile Lifeo (qui est une application d’aide aux premiers secours). Ce sont eux qui m’ont proposée de participer à ce hackathon organisé par BeMyApp pour le séminaire de l’entreprise Edenred. Je ne connaissais pas du tout BeMyApp (ils sont spécialisés dans l’organisation d’événements pour les développeurs : hackathons, meetups, incubateurs) et encore moins Edenred (il s’agit d’une multinationale leader des solutions prépayées pour les entreprises comme le Ticket Restaurant, les chèques Kadéos). Il s’agit donc d’une grosse entreprise, leader mondial dans ce domaine et implantée dans pleins de pays. Pour animer ce séminaire Edenred qui a pour thème la digitalisation de l’entreprise, BeMyApp était à la recherche de 13 développeurs et 13 designers spécialisés dans les applications mobiles pour organiser un hackathon. Pour s’inscrire, il suffisait de remplir un petit formulaire en joignant un portfolio et un lien vers une application mobile sur le store.

Quelques mois plus tard, j’ai été sélectionnée pour être l’une des 13 designers à partir 5 jours tous frais payés en Sardaigne dans l’hôtel cinq étoiles où aurait lieu le hackathon (ces informations étant à peu près les seules que j’avais en partant). Je connais un peu le principe des hackathons, mais c’était la première fois que je me lançais en tant que participante. Très peu d’informations nous avaient été données sur la nature du concours : seulement le lieu, des billets d’avion, et un prix de 2 000 € à la clef.

Day 1 : Talents 2.0 dans hôtel 5 étoiles

Après quelques heures de voyage et deux avions, j’atterris à Cagliari, la capitale de la Sardaigne. J’ai déjà pu sympathiser avec deux designers parisiens dans l’avion. Tous deux sont en études-recherches aux Arts Déco de Paris, l’un travaille aux Éditions Volumiques aux côtés du génial Étienne Mineur. L’ambiance est posée : ce ne sont pas des amateurs ! Après deux heures de bus pour atteindre la pointe sud de l’île, nous arrivons dans l’hôtel où je fais la connaissance des 25 autres participants. Ils viennent de toute l’Europe, et tout de suite nous sommes obligés de parler anglais tous ensemble (mon anglais a eu un peu de mal a revenir, mais très vite je me suis sentie à l’aise). Certains sont freelance, d’autres travaillent pour de grosses ou moins grosses entreprises, et tous sont passionnés, talentueux et ultra polyvalents. Je me sens un peu minuscule à côté : du haut de mes 20 ans, je suis la plus jeune, et la seule encore étudiante. Mais l’ambiance est bonne et tout le monde est ici pour profiter du cadre et pour faire ce qui le passionne.

Nous profitons un peu du cadre idyllique au bord de la plage (où la connexion WiFi est excellente) durant la soirée, puis nous sommes briefés par l’équipe de BeMyApp représentée par John Karp et Pierre Forcade. Le principe de l’événement est assez différent de ce à quoi je m’attendais, car globalement assez différent d’un hackathon « classique ». 200 managers de l’entreprise Edenred sont dans cet hôtel pour participer au séminaire annuel de l’entreprise. Au programme pour eux : workshops et conférences autour de la digitalisation d’Edenred, pour apprendre notamment à imaginer une application mobile. C’est là que nous entrons en scène. Les managers vont être divisés en 13 équipes. Nous serons deux encadrants par équipe : un designer et un développeur, et nous encadrerons un groupe de 13 managers présidés par deux « team leaders » d’Edenred.

A l’issue du brief, nous recevons chacun une Pebble Watch. Nous ne sommes pas obligés de l’utiliser pour ce projet mais c’est une possibilité, et puis nous pouvons la garder !

13 designers et 13 développeurs heureux d'être ici

13 designers et 13 développeurs heureux d’être ici

Day 2 : Brainstorming, beach !

Le deuxième jour, après une courte nuit, nous faisons connaissance avec les membres de nos équipes d’Edenred lors d’un petit show sur scène où nous sommes appelés équipes par équipes. Certaines équipes sont composées de plusieurs nationalités, mais dans la mienne tout le monde parle le français ou le comprend. Cela facilitera un peu la tâche d’avoir une « French team », même si je suis un peu déçue car j’aurais aimé m’exercer à parler anglais (au final, nous passons quand même notre temps à échanger en anglais avec les autres équipes). Notre nom : « The Crazy Pirates » (nous nous auto-rebaptisons immédiatement « The Crazy Digital Pirates » pour bien montrer qu’on est pas là pour rire !). Nous sommes face aux « Jack Sparrow », « Black Murphy », « White Ghost »… le ton est donné.

Je découvre les membres de mon équipage

Je découvre les membres de mon équipage

Nous sommes ensuite dispatchés par équipes dans plusieurs endroits de l’hôtel où nous attendent des tableaux, des post-it, des marqueurs. C’est donc au bord de la piscine que nous commençons un brainstorming : tout ensemble nous réfléchissons à des idées d’applications mobiles qui pourraient ajouter de la valeur à Edenred. Notre équipe s’intéresse immédiatement au Ticket Restaurant et à des problématiques autour de la restauration en milieu professionnel. Nous essayons de dégager une problématique et de lister les principales fonctionnalités de l’application. Mais manager 13 personnes (qui ont à peu près le double de mon âge) qui n’y connaissent quasiment rien, ce n’est pas facile ! Nous avons mis quelques heures à vraiment bloquer un concept et à leur faire comprendre qu’il faut faire les choses pas à pas et que le but et les fonctionnalités de l’application doivent être simples et claires pour l’utilisateur. Beaucoup d’entre eux rediscutent du concept après sa validation au lieu de s’attaquer aux fonctionnalités, certains ne comprennent pas le concept, d’autres veulent mélanger tous les concepts en un. Finalement, nous arrivons à un concept simple qui satisfait tout le monde : un principe de co-lunching autour des sujets de conversations, avec une fonction de recherche des restaurants les plus adéquats qui proposent ou non le paiement par Ticket Restaurant. Les team leaders trouvent même un nom à notre application : Talk to meal.

Nous nous séparons ensuite en deux petits groupes : un groupe qui réalise les mock-ups et un groupe qui réfléchit au business plan. Je gère l’équipe mock-ups et leur explique les enjeux de ces premiers croquis. Nous réalisons quelques écrans ensemble et nous recentrons bien le concept. Nous faisons ensuite un point avec l’équipe business plan qui a bien travaillé : le concept est maintenant bien scellé.

L’équipe se dissout, et moi et le développeur commençons à mettre en place un workflow pour le reste de la semaine. Notre but est de développer l’application qu’a pensé notre équipe d’Edenred, en lui créant une identité et en la rendant fonctionnelle. Et tout cela avant jeudi après-midi (nous sommes mardi). Nous retravaillons un peu les mocks-ups et commençons à travailler chacun de notre côté. En fin d’après-midi, nous avons rendez-vous avec Pierre et John de BeMyApp ainsi que Christophe d’Edenred (sous une charmante petite cabane près de la mer) pour leur faire un premier pitch de notre concept. Nous sommes quatre à présenter notre application : moi, le développeur (Nicolas Bruneau, développeur belge qui a travaillé notamment avec Bakasable) et nos deux team leaders. Notre concept plaît aux 3 jurés, ils nous conseillent néanmoins de commencer par faire une version simplifiée pour que le concept ressorte bien et pour réduire le nombre d’écrans.

Le rendez-vous terminé, nous allons manger et boire quelques verres avec les autres équipes et nous échangeons sur nos premières impressions sur cette expérience. Nous passons notre deuxième soirée autour de la piscine, il y a pire pour commencer un projet ! Aux alentours de 2h du matin, nous retournons au boulot. Nicolas et moi commençons par travailler chacun de notre côté : Nicolas commence à résoudre les premières questions techniques (moyens d’identification, inscriptions sur l’app) pendant que je crée le logo et commence une charte graphique. J’ai déjà travaillé sur une application assez similaire autour du co-lunching lors du projet long de ma 2e année à L’École de design Nantes Atlantique ce qui me permet de voir déjà où les problèmes pourront être et d’avoir une culture de ce type d’application autour de la restauration professionnelle. Je passe quelques heures sur l’identité graphique avant d’aller me coucher.

Day 3 : Carbonara et climatisation

Le lendemain, nous reprenons sérieusement le travail dans une salle dédiée (au nom teinté d’Italie : Carbonara) où nous avons des prises de courant à disposition, de l’eau et la climatisation. Je suis assez contente de moi car j’ai bien avancé dans la nuit : l’identité est fixée et je n’ai plus qu’à finir le maquettage de tous les écrans. J’envoie tout cela à Nicolas et commence à réaliser quelques visuels pour la présentation finale. Le développement est un peu long mais ça avance.

La seule et l'unique : la salle Carbonara

La seule et l’unique : la salle Carbonara

Pas facile de travailler dans un cadre aussi paradisiaque. Il fait chaud, le temps est superbe, buffet à volonté et les soirées sont animées. Mais nous arrivons à la fois à profiter et à faire avancer l’application. De temps en temps, nous croisons nos team leaders ou d’autres membres de l’équipe qui viennent voir notre travail et donner leur avis sur nos choix. Nous prenons d’ailleurs un rendez-vous avec nos team leaders en milieu d’après-midi. Nous faisons un point sur l’avancée de l’application : nous leur montrons le logo et les maquettes. Ils sont très positifs et très contents du travail effectué. Ça motive ! Puis, Nicolas retourne en Carbonara continuer le développement pendant que je m’entretiens avec un des teams leaders au sujet du pitch du lendemain (et oui nous sommes déjà mercredi). Il a commencé une trame de présentation Power Point qu’il me donne, et me résume verbalement le business model de l’application. Je prends des notes pour être capable de faire une jolie présentation avant le lendemain soir où nous devrons pitcher notre application pendant 3 minutes. Les team leaders partent à la plage alors que je retourne au travail (psychologiquement ce n’est pas facile). Je reprends la trame de leur diapo et je finis par sortir neuf slides qui se veulent assez percutantes et surtout fun. Le développement est toujours en cours mais la partie design a bien avancé, je vais pouvoir me coucher tôt ce soir !

Nicolas Bruneau et moi

Nicolas Bruneau et moi

Day 4 : Pitching time !

Le lendemain, rendez-vous à 8h au bord de la piscine pour un point avec Nicolas. L’application a bien avancé, le design est quasiment intégré. Il manque juste quelques retouches visuelles et quelques fonctionnalités à mettre en place. Je montre les slides que j’ai faites à Pierre de BeMyApp et fait quelques modifications selon ses conseils autour du petit déjeuner. Le développement est toujours en cours, je commence à rédiger un pitch en anglais. En 3 minutes, il faut être précis, concis, et donc répéter un minimum.

Après avoir aidé quelques autres équipes en jouant les actrices pour leurs scénarios d’usage, je me mets à la rédaction de ce compte rendu. J’attends que Nicolas ait fini le développement et ait corrigé mes petites remarques et derniers changements concernant l’intégration du design et ait posté l’application sur le store pour que nous puissions tourner une vidéo de présentation. Nous n’avons que peu de temps, ainsi nous n’allons faire qu’un plan fixe sur une main et un téléphone pour montrer le déroulement de l’application.

J’ai pu aller voir ce qu’on fait les autres, et waw. Ce sont de vrais professionnels. Je me sens très « étudiante » à côté d’eux car on sent bien qu’ils ont de l’expérience. Du coup, je reçois pleins de précieux conseils.

A une heure de la présentation finale, nous nous réunissons avec notre équipe au complet pour une répétition chronométrée du pitch. Nicolas s’occupe de la présentation de l’application et l’une des team leaders présente le business model. Quand à moi je serai en régie pour faire passer les slides et la vidéo. L’heure de la présentation arrive : chacune des 13 équipes pitche son projet pendant 3 minutes devant tous les managers d’Edenred et les organisateurs. Dans la plupart des équipes ce sont les managers qui pitchent, voire qui ont fait les slides. Ce fut assez frustrant pour moi de voir le projet que j’ai développé depuis quelques jours être présenté par d’autres, je ne suis pas habituée à ça à l’école !

Le pitch

Le pitch

Au moment des votes, petite déception quant à l’organisation ! Tout le monde n’avait qu’une ou deux minutes pour voter, sans limite du nombre de votes, parmi tous les projets. Mais pour arriver sur la page de vote il fallait scanner un QRCode et s’identifier. En gros : seules les personnes un peu à l’aise avec ce genre de technologies ont voté. Au final peu de managers d’Edenred ont fait cet effort, il y avait donc de gros écarts de votes entre les équipes selon si elles étaient motivées à voter ou non. Mon équipe est arrivée avant-dernière, mais bon, pour une première expérience j’étais super contente ! J’ai été un peu déçue que les votes ne soient pas très signifiants, mais les projets étaient vraiment tous sympa. C’est ma roomate Valentina qui a gagné avec une application-jeu super rigolote, très bien designée (visuel et sonore) et développée : ils méritaient vraiment leur titre.

Après la remise des prix nous sommes tous allés manger un immense buffet dans un des restaurants de l’hôtel qui bordait la mer, et nous avons fait la fête sur la plage jusqu’au matin.

Beach Party

Beach Party

Au final : une expérience incroyable !

Ce fut une expérience très enrichissante. Outre le côté « all included » qui m’a permis de m’offrir de supers vacances ensoleillées (car oui même si j’ai dû travailler, j’ai fait ce que j’aimais, donc c’était vraiment les vacances !), j’ai pu rencontrer beaucoup de monde dans le domaine de l’application mobile : des designers, des développeurs de tous les pays, de tous les âges et de tous les styles ; j’ai pu aussi découvrir l’univers d’Edenred, cette multinationale impressionnante. Ce ne fut pas un hackathon comme les autres car il prenait la forme d’un workshop pour les managers d’Edenred, mais cela a rendu l’expérience encore plus enrichissante. Il nous a fallu être à la fois pédagogiques envers eux, réussir à leur faire sortir de bonnes idées et au final nous avons un peu joué le rôle de leurs « petites mains ». Nous les avons poussés à imaginer et comprendre les enjeux d’une application mobile, nous l’avons réalisée pour eux, et présentée avec eux.

J’ai pu apprendre à diriger une équipe, à m’imposer (ce qui n’était pas facile vu mon âge et ma petite expérience), à m’exprimer en anglais devant plusieurs centaines de personnes et surtout à transmettre cette passion que nous, développeurs et designers, avons.
Cette première expérience de hackathon m’a vraiment réjouie, surtout qu’il s’agissait d’un cadre peu commun, et carrément paradisiaque. J’ai pu prendre pas mal de contacts et discuter avec des personnes vraiment intéressantes. Côtoyer des personnes aussi passionnées est toujours quelque chose d’incroyable !

Toutes les photos ont été prises par Jérémie Lasnier.

Written by Charlotte Sferruzza

UI/UX designer working on tangible interfaces and innovative services.